Code de la route

Le code de la route en France

La voie publique est empruntée au quotidien par de nombreux usagers dont des piétons, des automobilistes, des conducteurs de deux roues, des conducteurs de véhicules non motorisés, des animaux. Pour que l’usage de la voie publique soit harmonieux et bénéfique pour tout un chacun, le code de la route a été mis en place. Détails.


Qu’est-ce que le code de la route ?

Le code de la route se définit comme un ensemble de règles et de lois permettant de régir la circulation sur les routes, les autoroutes, les trottoirs et tout ce qui constitue la voie publique. Le code de la route s’adresse essentiellement aux conducteurs de véhicules motorisés. Cela ne veut toutefois pas dire que les piétons, les cyclistes et les conducteurs de véhicules ne nécessitant pas de permis de conduire ne sont pas concernés par cette réglementation. Pour leur sécurité, et pour la sécurité des tiers, ils doivent prendre en considération le code de la route.

Le code de la route de 1905, mis au point par Jules Perrigot, présentait 10 articles sur 5 pages. Actuellement, la France utilise le nouveau code de la route de 2011 qui compte 4 livres tant pour la partie réglementaire que pour la partie législative. De nombreux articles, informations et mise en garde sont présentés dans ces quatre livres : la nature des véhicules autorisés à circuler sur les voies publiques, les règles de la conduite, les principes de la priorité, les responsabilités du conducteur, le processus à suivre pour l’obtention du permis de conduire, les infractions et les sanctions qui y sont afférentes. Le code de la route français comporte des règles plus ou moins insolites !


Apprendre le code de la route

Pour mieux apprendre le code de la route, il est conseillé de suivre une formation en auto-école. L’apprentissage des règles et lois qui régissent la conduite sur les voies publiques nécessite plusieurs heures de formation sous l’assistance d’un moniteur confirmé. L’avantage de l’apprentissage en auto-école, c’est qu’il est possible de renforcer ses acquis sur le code de la route lors des leçons pratiques de conduite. Le candidat est ainsi mis en situation réelle et essaie d’appliquer ses connaissances sur le code de la route pour éviter les accidents de toutes sortes. Bien évidemment, il est assisté par un moniteur diplômé ou certifié lors de l’apprentissage de la conduite.

Il faut aussi savoir qu’il y a des personnes qui ne s’inscrivent pas dans une auto-école pour apprendre le code de la route. Ces personnes choisissent par exemple de louer les services d’un moniteur particulier ou de télécharger des livres du code de la route sur Internet. Pour les examens en vue de l’obtention du permis de conduire, ces personnes déposent leur dossier d’inscription en tant que candidats libres.


Que nous enseigne le code de la route ?

Lorsqu’il est question de code de la route, la majorité pense immédiatement à la signalisation routière. Il en existe effectivement plusieurs types que les candidats au permis de conduire doivent connaître par cœur. Il y en a d’ailleurs plusieurs types de signalisation routière :

  • Les panneaux d’interdiction

  • Les panneaux d’obligation

  • Les panneaux d’indication

  • Les panneaux de danger

Ces panneaux de signalisation sont reconnaissables par leurs formes, leurs couleurs et les formes, images ou nombres qu’ils présentent. En agglomération, ces panneaux sont placés à 50 mètres avant le danger. Hors agglomération, ils sont placés à 150 mètres avant le danger.

Outre les panneaux de signalisation, le conducteur doit également considérer d’autres indications comme les agents de circulation donnant des indications par un sifflet et par le mouvement de leurs mains, les feux tricolores, les balises hors agglomération, les marquages au sol…

Le code de la route en France incite les candidats à bien prendre en compte les règles de priorité pour la conduite à droite, notamment au niveau des intersections. Un accident est en effet difficile à gérer en cas du non respect du code de la route.

Il y a les règles à respecter pour les dépassements comme la prise en compte de la puissance de sa voiture, l’analyse préalable consistant à voir si la route en question permet un dépassement ou non, l’évitement du dépassement en troisième position.

Il y a encore la gestion de la vitesse selon les cas et les indications des panneaux, les règles de stationnement, le respect du nombre de personnes autorisées dans la voiture, Le poids des charges transportées et la possibilité d’attacher ou non une remorque selon la catégorie du permis de conduire à sa disposition, les principes du constat amiable en cas d’accident matériel, la gestion de l’éclairage surtout la nuit, du bon usage du clignotant.

Même après l’obtention du permis de conduire, les conducteurs sont tenus de lire fréquemment le code de la route afin de bien comprendre les lois et règles qui régissent la conduite de véhicules sur les voies publiques. Ils doivent également être attentifs aux modifications et réformes éventuelles du code de la route afin de ne pas être pris au dépourvu et ainsi risquer de commettre des infractions ou des accidents sur les routes.


Les sanctions en cas de non respect du code de la route

Le respect du code de la route est gage de sécurité pour soi et également pour tous les autres usagers de la route. Ainsi, un conducteur qui ne respecte pas le code de la route met en danger sa vie et celle des autres. Voilà d’ailleurs les raisons pour laquelle l’apprentissage du code de la route est exigé durant les formations en vue de l’obtention du permis de conduire. Le code de la route doit également être scrupuleusement respecté par tous les conducteurs de véhicules motorisés.

Les chauffeurs qui commettent des infractions minimes ou contraventions encourent donc à des sanctions allant du retrait de points du permis de conduire au paiement d’amendes. Quand le solde de points du permis de conduire est nul, le permis de conduire est invalidé et le chauffeur concerné doit faire le nécessaire pour en récupérer.

Les chauffeurs qui commettent des délits dont des accidents engendrant des blessures graves de tiers ou un décès voient leur permis de conduire annulé. Ils ne peuvent se présenter de nouveau à l’examen pratique du permis de conduire qu’après une période longue. Au cours de cette période, ils sont également interdits de conduite de véhicules motorisés.